Investment Update Octobre 2018

Un horizon loin d'être dégagé

Le mois de septembre n’aura pas fait exception à la règle. La plupart des indices boursiers ont clôturé le mois en territoire négatif. Lestés par de nombreux sujets d’inquiétude, les marchés boursiers ont cependant mieux résisté qu’initialement anticipé. De plus, à l’image de l’indice VIX de volatilité du S&P 500, la volatilité sur les marchés développés est restée relativement faible.

Toutefois, l’horizon est loin d’être dégagé. Les foyers de tensions demeurent nombreux dans le monde. Même si le conflit sino-américain a quelque peu reculé au second plan, en raison notamment de taxes mutuellement appliquées moins sévères et de la volonté affichée de la Chine à soutenir son économie pénalisée en partie par les mesures protectionnistes américaines, l’issue reste très incertaine tant les négociations demeurent tendues entre les deux pays.

En dépit des tensions politiques, l'environnement économique reste globalement favorable.

En Italie, le gouvernement ne cesse de souffler le chaud et le froid sur les grandes lignes du projet de budget. Les doutes autour du nouveau budget italien ont poussé les rendements italiens à la hausse. L’Italie n’est donc pas à l’abri d’une dégradation de sa notation de crédit. Enfin, les sanctions américaines à l’égard de l’Iran risquent d’intensifier la remontée des prix du pétrole.

Même si certains pays producteurs pourraient compenser la baisse du pétrole iranien vendu, la question se pose quant à la capacité de ces pays à le faire.

En dépit de ces différentes tensions d’ordre politique, l’environnement économique reste globalement favorable, tout particulièrement pour les économies développées. Aux Etats-Unis, l’activité devrait continuer de profiter des mesures procycliques mises en oeuvre par l’Administration Trump. En zone euro, la demande intérieure demeure solide et devrait permettre de compenser les effets négatifs de la politique commerciale américaine.

Profitant de ce climat favorable, les banquiers centraux devraient poursuivre la normalisation des politiques monétaires. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale américaine (Fed) a procédé au troisième relèvement de ses taux et, compte tenu de l’actuelle santé de l’économie américaine, elle paourrait même remonter une quatrième fois ses taux d’ici la fin de l’année. 

Sur ce dernier point, le président de l’institution monétaire américaine s’est montré très optimiste, tout en évoquant un probable relèvement des taux au-delà de leur niveau neutre. Ce discours couplé à la vigueur de l’activité américaine a conduit les investisseurs à anticiper de plus en plus la possibilité d’une accélération de la hausse des taux de la Fed. 

Les investisseurs anticipent la possibilité d’une accélération de la hausse des taux de la Fed
Les investisseurs anticipent la possibilité d’une accélération de la hausse des taux de la Fed
Cette spéculation a fait bondir les rendements obligataires Outre-Atlantique
Cette spéculation a fait bondir les rendements obligataires Outre-Atlantique

Cette spéculation autour de l’orientation de la politique monétaire américaine a fait bondir les rendements obligataires Outre-Atlantique, mais également en Europe. Même si la courbe des taux aux Etats-Unis a retrouvé une pente plus raisonnable, ces évolutions devraient pénaliser les pays émergents les plus vulnérables.

Dans ce contexte, qui se caractérise par une croissance mondiale relativement solide, nous restons prudemment optimistes dans notre allocation d’actifs, tout en essayant de limiter les risques qui pourraient découler des tensions (géo)politiques actuelles. Nous maintenons donc notre position neutre sur les actifs risqués, mais restons à court terme à l’affut d’éventuelles opportunités tactiques. Enfin, nous conservons une vue positive sur les secteurs de l’énergie, de la finance et de l’industrie.


Optez pour nos solutions de placement et bénéficiez de l'intégralité de nos analyses !