Investment Update Mai 2019

Maintenir un cap prudent

Pour 2019, les institutions internationales continuent de revoir à la baisse les prévisions de croissance économique des économies développées, en dépit des éléments positifs qui pourraient se matérialiser davantage.

Cependant, depuis la fin de l’année 2018, nombre d’incertitudes exprimées sur l’état de santé des économies européenne et chinoise continuent d’inquiéter les économistes.

Dans l’environnement économique actuel mitigé, les marchés actions continuent de grimper. Fin avril, les indices américains S&P 500 et Nasdaq ont touché des sommets historiques, pour une performance annuelle respective de 20% et 25%. En Europe, les principaux indices comme l’EuroStoxx 50, le CAC 40 ou le Dax n’ont pas touché de record historique, mais la reprise constatée lors des quatre derniers mois est remarquable : depuis le début de l’année, les trois indices cités ont chacun enregistré une performance annuelle supérieure à 15%. Sur le plan des fondements économiques, les perspectives divergent selon les zones géographiques. Dans un premier temps, nous observons que l’économie américaine reste la locomotive de la croissance mondiale : ses fondamentaux sont bien en place avec un taux de chômage historiquement faible et une inflation contrôlée qui implique que la politique monétaire restera accommodante.

Cependant, depuis la fin de l’année 2018, nombre d’incertitudes exprimées sur l’état de santé des économies européenne et chinoise continuent d’inquiéter les économistes.

En effet, la Chine semble sortir la tête de l’eau grâce à une politique de relance s’appuyant majoritairement sur une baisse d’impôts touchant à la fois l’offre et la demande. Pour l’année 2019, l’objectif de croissance se situe entre 6,0% et 6,5%, et la croissance officielle mesurée lors du premier trimestre est de 6,4% en termes annuels, en ligne avec l’objectif fixé. Avec un bémol toutefois : certains points faibles demeurent, notamment en matière de consommation des biens durables.

En Europe, les difficultés rencontrées par l’Allemagne retiennent l’attention des économistes. L’industrie allemande, exportatrice, semble tourmentée en raison de la faiblesse des partenaires économiques au sein et en dehors de la zone euro.

Globalement, les banques centrales ont reconnu les risques baissiers au sein de l’économie et ont réitéré leurs messages accommodants. L’économie mondiale, bien qu’elle conserve un potentiel de croissance, reste fragile d’autant plus que les incertitudes politiques comme les tensions commerciales ou le Brexit perdurent. C’est pourquoi nous maintenons une allocation prudente avec une sous-pondération des actions à court terme.


Optez pour nos solutions de placement et bénéficiez de l'intégralité de nos analyses !