Une technique d’escroquerie nommée Pharming, plus insidieuse que le Phishing, est actuellement rencontrée sur Internet.

Elle consiste - moyennant différentes techniques, en général par l’installation d’un Cheval de Troie, d’un virus ou d’un vers sur un ordinateur à l’insu de son utilisateur - à détourner l’accès d’un site Internet vers un site falsifié. Les pirates agissent au niveau des liens entre l'adresse saisie dans le navigateur et l’adresse IP (adresse numérique sous laquelle le site est enregistré dans le réseau Internet).

Alors que l’utilisateur saisit l’URL correcte du site de la banque, il est redirigé vers un faux site (le plus souvent imitant l’écran de connexion de la banque), sur lequel il est invité à renseigner ses données personnelles telles que numéro de convention Internet Banking, mot de passe, contenu intégral de sa carte de sécurité, etc...
Ces données sont ensuite envoyées aux malfrats pour dévaliser les comptes.