Des marchés chahutés, mais une santé économique hors de danger | Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat, Luxembourg
31 octobre 2018

Des marchés chahutés, mais une santé économique hors de danger

Début octobre, les marchés actions mondiaux ont enregistré de fortes chutes. Depuis lors, ils restent très volatiles. En fait, ce phénomène est l’exutoire de lourdes craintes des investisseurs, que la longue durée du cycle économique rend inquiets et mal à l’aise. Marc Fohr, Head of Investments auprès de BCEE Asset Management, aborde cette actualité.

Quelle est la position des États-Unis ?

Aux États-Unis, si la FED a annoncé une politique monétaire très accommodante, elle a également ajouté que les taux de la Banque centrale étaient encore loin des taux neutres mais qu’ils s’en rapprocheraient progressivement. Par conséquent, ces commentaires laissent supposer que de nombreuses hausses de taux restent à venir. Aussi, les rendements des obligations souveraines américaines ont augmenté, entraînant la prime de risque des actions dans leur sillage et amenant les investisseurs vers des actifs moins risqués.

Que craignent exactement les investisseurs ? Pouvez-vous évoquer des cas concrets ?

Les craintes des investisseurs portent sur la croissance et la demande à venir. En effet, sur le plan international, la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a pris des proportions telles que la croissance s’en trouve menacée.

Force est de constater que le Président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ne sont pas prêts de s’entendre. Cet état de fait a apporté de l’eau au moulin des investisseurs déjà inquiets de l’impact des tensions commerciales et du caractère durable de la croissance chinoise.

D’ailleurs, la Banque centrale chinoise a œuvré dans le but d’éviter les effets négatifs. Tout d’abord, dans la perspective de relancer les crédits et de diminuer les coûts de financement des entreprises, elle a émis différents stimuli pour l’économie chinoise en réduisant le taux des réserves obligatoires des banques. Aussi, elle envisage de faciliter l’accès aux prêts pour les entreprises privées, de manière à ce qu’elles y aient davantage recours.

Parallèlement à cela, des mesures ont été mises en place pour garantir des financements et des investissements à l'économie, et les obstacles aux investissements étrangers ont été limités.

Consultez une panoplie de fonds, gérés par BCEE Asset Management !

Par ailleurs, le Fonds monétaire international émet également des craintes sur la croissance : pour la 1ère fois en plus de deux ans, il a révisé à la baisse ses perspectives de croissance économique globale à 3,7 % cette année et pour l’année prochaine. De son côté, dans son rapport économique mensuel, la Bundesbank, la Banque centrale allemande, montre que le moteur de la croissance économique allemande a peut-être calé au troisième trimestre.

Dans ce rapport, la Bundesbank évoque des éléments clés : après un troisième trimestre atone, les fondamentaux sont en place et préservés pour que la croissance rebondisse et laisse place à la reprise économique au quatrième trimestre en Allemagne. Elle explique que le ralentissement est en grande partie dû aux difficultés d’adaptation aux nouvelles procédures destinées à tester les émissions dans le secteur automobile, ceci ayant profondément marqué la production industrielle.

BCEE Asset Management, société de gestion indépendante

Société de gestion indépendante
Société de gestion indépendante
Fondée en 2006
Actionnaires stables
Actionnaires stables
Spuerkeess et lalux Assurances
BCEE-AM meilleure société de gestion de fonds de sa catégorie, au Luxembourg
BCEE-AM meilleure société de gestion de fonds de sa catégorie, au Luxembourg
BCEE-AM a été récompensée pendant 6 années consécutives par l'agence de notation FundClass.

Autre phénomène qui rend les investisseurs méfiants : l’annonce de faillites inattendues, à l’instar de la société Sears, une chaîne de grands magasins réputée pour son catalogue de marchandises communément connu sous le nom de « bible du consommateur ». Sears a annoncé son défaut de paiement après plus de 120 ans d’existence.

Dans le cas particulier de l’Europe, l’incertitude sur la santé économique de la région vient des négociations difficiles sur le Brexit couplées à la politique populiste mise en place en Italie. À cet égard, les rendements des obligations souveraines italiennes se retrouvent à des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis 2014. Les marchés ont peur d’une dégradation de la note de crédit de l’Italie et de l’effet de contagion qui pourrait en découler.

Sur les marchés actions émergents, le dollar est fort et son impact sur la dette en devise étrangère des sociétés locales crée des turbulences.
Marc Fohr - Head of Investments, BCEE Asset Management

Quelle vision d’expert ce contexte vous inspire-t-il ?

Dans ce contexte, nous souhaitons rappeler que, déjà en février et en mars 2018, le S&P 500 avait enregistré des baisses de plus de 5 % pendant des périodes très courtes. Ces baisses se sont assez rapidement résorbées : les fondamentaux étaient solides. L’examen des données macroéconomiques publiées lors des dernières semaines continue à révéler que le cycle aux États-Unis et en Europe se porte bien.

À notre avis, les fondamentaux macroéconomiques et microéconomiques conserveront leur stabilité, et la nervosité des opérateurs sur les marchés financiers se calmera avec le résultat des élections de mi-mandat aux États-Unis.

Nous analyserons à la loupe les publications déjà amorcées des résultats du troisième trimestre. Dans l’intervalle, nous maintenons notre vision neutre des marchés actions.
Marc Fohr - Head of Investments, BCEE Asset Management

Consultez le Panorama Financier pour de plus amples informations

Panorama Financier 2018-04

Panorama Financier 2018-04

Télécharger
( 7,25 Mo )
Aucun résultat