13 février 2020

Entrepreneuriat : adresser les besoins futurs grâce à l'innovation et la technologie

NEOFACTO accompagne les entreprises dans leur digitalisation depuis 2000 au Luxembourg en naviguant entre la créativité des start-ups et l’expérience des grands groupes.

En tant que prestataire de services d’ingénierie, nous ne pouvons pas nous contenter de simplement observer et de suivre le marché. Nous devons rester en veille permanente pour conserver notre œil innovant et pragmatique.

La première étape de cette veille est d’analyser constamment les demandes de nos clients pour prévoir les compétences nécessaires aux projets de demain. Notre modèle si particulier d’entreprise et d’incubateur de start-ups nous permet de réaliser nos propres recherches en testant en avant-première les innovations les plus récentes et les domaines à la pointe de la technologie dans des cas concrets utilisés sur le marché.

C’est ainsi que nous pouvons faire profiter nos clients et nos collaborateurs d’une forme d’anticipation du marché luxembourgeois.

Cela s’organise en trois étapes :

L’organisation de la veille technologique

Notre premier outil de veille est le reverse mentoring. C’est-à-dire que nous considérons nos nouvelles recrues comme des ambassadeurs de nouveauté. Nous sommes attentifs à leurs centres d’intérêts et à leurs activités ; cela représente notre premier vivier d’informations brutes. Cette veille proactive est aujourd’hui une partie intégrante de notre entreprise et surtout un cercle vertueux basé sur l’écoute, la curiosité et la mise en pratique.

Nous nous impliquons également auprès de plusieurs grandes écoles d’informatique avec lesquelles nous avons mis en place des partenariats. D’une part, pour présenter notre modèle hybride et informer les étudiants des réalités du marché de l’innovation et des nouvelles technologies. D’autre part, pour être à l’écoute de la future génération d’informaticiens qui débordent d’idées et de créativité.

Organiser la formation des gens

La technologie étant en progrès constant et exponentiel, la formation des informaticiens est à la fois obligatoire et compliquée.

Tout d’abord, parce que les technologies sont en perpétuelle évolution et suivre ce rythme effréné s’avère être un exercice exigeant au quotidien. Ensuite, parce que nous constatons que les formations traditionnelles sont en train de disparaître au profit de nouvelles formations en ligne.

Les formations vidéo sont aujourd’hui très populaires mais sont souvent trop théoriques. Sans mise en pratique, elles ne mènent plus forcément à un réel enseignement. C’est pour cela que nous avons choisi de former en développant des start-ups ou des projets innovants chez nos clients en conditions réelles.

Les moyens sont assurés par un budget de « volontarisme ». Ce sont des jours dédiés à travailler effectivement sur des projets, également des workshops internes ainsi que la mise en place d’un tronc commun allant de la formation à l’intégration des nouvelles recrues.

Garder un esprit entrepreneurial et pragmatique

Il est très important de garder les pieds sur terre lorsqu’il est question d’innovation. Nous avons la chance de travailler au plus près de la création avec nos clients tout en développant nos start-ups. Cela nous permet non seulement de faire des exercices technologiques en conditions réelles mais aussi de réfléchir en termes de business model. Il s’agit de la création d’une nouvelle valeur qui doit circuler. Si elle reste sans objectif de rentabilité ou inconnue du public alors l’exercice perd tout son sens.

L’innovation n’est pas seulement une nouvelle réflexion, il s’agit plutôt d’un double exercice entre technique et valorisation.
Laurent Kratz, CEO

Spuerkeess et nyuko ont conclu un partenariat afin de promouvoir l'esprit entrepreneurial et renforcer la position de la banque auprès des créateurs d'entreprise dès leurs premiers pas. Toutes les informations au sujet de la collaboration: https://www.bcee.lu/fr/blog/le-coin-des-experts/nyuko-promouvoir-lesprit-entrepreneurial/.